e-alliance ::

Modèles de prévention associée – ABC, SAVE

De la même manière que les associations médicamenteuses attaquent le VIH à différentes phases de la réplication du virus, la prévention associée comprend diverses stratégies de comportement sexuel à moindre risque que les individus informés, qui sont en mesure de prendre des décisions, peuvent choisir à différents moments de leur vie pour réduire leur risque de s'exposer ou d'exposer les autres au VIH. (Groupe de travail mondial sur la prévention du VIH, 2003)

Modèle de prévention ABC

A signifie Abstinence - s'abstenir d'avoir des rapports sexuels ou en retarder le début. Que l’abstinence consiste à retarder le début de l’activité sexuelle ou à observer une période d’abstinence plus tard dans la vie, l’accès à l'information et à l'éducation concernant d’autres pratiques sexuelles  à moindre risque est crucial pour éviter d’être infecté par le VIH au moment de commencer ou de recommencer à avoir des rapports sexuels.

B signifie Fidélité (Being faithful) et parfois meilleure sécurité (Be safer)
– être fidèle à son conjoint ou sa conjointe ou limiter le nombre de partenaires sexuels. Le fait d’avoir moins de partenaires sexuels réduit le risque d’exposition au VIH.  Toutefois, les stratégies destinées à encourager la fidélité dans le couple ne contribueront à faire baisser l'incidence du VIH que si aucun des partenaires n’est infecté par le VIH et que les deux sont toujours fidèles.

C signifie Utilisation correcte et systématique de préservatifs (Correct and Consistent Condom use)
– le préservatif réduit le risque de transmission du VIH chez les personnes sexuellement actives, les couples dont une des personnes est atteinte du VIH, les travailleurs et travailleuses du sexe et leurs clients.  Des études ont révélé que si les gens n’ont pas accès à des préservatifs, les autres stratégies de prévention perdent une grande partie de leur potentiel d’efficacité.

Les interventions A, B et C peuvent être adaptées et associées de manière équilibrée pour varier en fonction du contexte culturel, de la population cible et de la phase de l'épidémie.

Source: Rapport 2004 sur l’épidémie mondiale du sida, ONUSIDA

Modèle de prévention SAVE

S désigne des pratiques plus sûres (safer practices) – concernant tous les modes de transmission du VIH. Par exemple : du sang non contaminé pour les transfusions sanguines ; des méthodes barrière pour les relations sexuelles avec pénétration ; des aiguilles et des seringues stériles pour les injections ; des méthodes de scarification plus sûres ; et l'adoption de précautions médicales universelles.

A désigne les médicaments disponibles (Available medications)
– La thérapie antirétrovirale (ARV) est loin d’être la seule intervention dont les personnes vivant avec le VIH ont besoin.  Bien avant qu’il soit nécessaire, ou souhaitable, qu’une personne entreprenne une thérapie ARV, certaines infections associées au VIH devront être traitées.  Le traitement de ces infections a pour résultat une meilleure qualité de vie, une meilleure santé et une durée de survie plus longue.  Tout le monde a besoin d’une bonne alimentation et d’une eau propre et c'est particulièrement le cas pour les personnes vivant avec le VIH et le sida.

V désigne le conseil et le dépistage volontaires (voluntary counseling and testing) - Les personnes qui connaissent leur statut VIH sont mieux à même de se protéger d'une infection; si elles sont atteintes du VIH, elles peuvent éviter d'infecter une autre personne.  Une personne atteinte du VIH peut obtenir des informations et un soutien lui permettant de mener une vie positive.  Les personnes qui ne connaissent pas leur statut VIH, ou qui ne sont pas soignées, peuvent être sources de nouvelles infections par le VIH.

E désigne la prise en charge de soi par l’éducation (Empowerment through education)
– Il n'est pas possible de prendre des décisions sur quelque aspect que ce soit du VIH ou du comportement personnel sans avoir accès à toutes les données pertinentes.  Des informations inexactes et l’ignorance sont deux des facteurs les plus importants à la base de la stigmatisation et de la discrimination associées au VIH et au sida.   Il est nécessaire de diffuser des informations précises et non critiques à tout le monde, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Église.  Cela aidera les gens à mener une vie positive - quel que soit leur statut VIH - et à surmonter les barrières que le VIH a créées entre les gens et au sein des communautés.  L’éducation comprend également des informations relatives à une bonne alimentation, à la gestion du stress et à la nécessité de faire de l'exercice physique.

Source: INERELA+